Des immeubles chargés d’histoire

Anciennement nommée rue du Chêne, la rue des Grands Carmes doit son nom au couvent des Pères de l’Ordre du Mont Carmel fondé en 1268 qui s’y était établi. Les immeubles des numéros 20 et 22 auraient été construits au XVIe siècle. La première trace écrite de leur existence provient d’un document du 11 mai 1613. Il s’agit de l’acte de vente de ces immeubles au peintre Octavius Van Veene (1556-1629). Le numéro 24 ne fera partie de la propriété que plus tard.

Des immeubles chargés d’histoire

Par ailleurs ces immeubles ont été peints par Denijs Van Alsloot (1570-1626), peintre auprès de la cour des Archiducs Albert et Isabelle, dans un tableau daté de 1616 et conservé au Victoria and Albert Museum à Londres. Celui-ci décrit la procession de l’Ommegang (procession religieuse de la Vierge du Sablon, protectrice de la Cité, qui était honorée de 1348 à 1785). Dans la peinture de Denijs Van Alsloot, on reconnait la façade avant et la porte cochère des immeubles 20 et 22, rue des Grands Carmes ainsi que la petite maison adjacente (actuellement n° 24).

Denijs Van Alsloot

En outre, une description détaillée de 1676 (acte de cession de la propriété de Marie Goubau à sa fille Marie Van Bossuyt) indiquait notamment : « …propriété avec de grandes maisons en pierre avec une grande place, se composant de trois demeures » ; celle-ci correspond à la configuration actuelle.

Le corps de bâtiments des 20-22 a été miraculeusement préservé du bombardement de Bruxelles décidé par Louis XIV en 1695, qui a détruit l’ensemble des bâtiments voisins, y compris l’essentiel de la Grand-Place dont les édifices actuels n’ont été reconstruits que postérieurement.

Cet ensemble immobilier était au départ à usage de « Maison bourgeoise » – le terme « Maison de maître » n’étant apparu qu’au XVIIe siècle. L’immeuble a connu diverses affectations au cours du temps; partiellement utilisé pour des activités brassicoles à la fin du XVIIe siècle, il abritera également des institutions, des commerces et notamment un commerce de textiles, des activités manufacturières, des entrepôts,… et, plus récemment, de nombreuses activités artistiques.